Carnet de voyage : randonner à la Réunion - Cirque de Mafate et Piton des Neiges

Publié le par Pouet

Lors de notre séjour à la Réunion, nous avons voulu, avec mon petit bichon, marcher un peu, pour vivre pleinement la beauté des paysages réunionnais !

On a donc fait deux sessions de marche, la première dans le superbe cirque de Mafate, et la deuxième pour monter le Piton des Neiges... Les informations données étaient valables à l'été 2017. Les horaires de bus peuvent avoir changé.

Randonner dans le cirque de Mafate :

Notre matériel indispensable pour randonner dans Mafate :

  • un bon sac à dos et de bonnes chaussures (nous avions un sac de 60 L pour mon petit bichon, acheté sur le bon coin haha, et mon petit sac à dos de 20 L Quechua)
  • une gourde d'un litre minimum par personne (possibilité de remplir sa gourde le long du sentier lors du 2e jour, pour la marche la plus longue)
  • un sac poubelle pour mettre ses déchets (on ne trouve pas de poubelle dans Mafate, et chaque kg de déchet coûte 1 à 2 euros pour être évacué en hélicoptère, donc il est chaudement recommandé de prendre ses déchets avec soi tout le long de la marche pour les jeter une fois sorti du cirque). On en a aussi profité, avec mon petit bichon, pour ramasser les cochonneries jetées par d'autres (bouteilles de soda, emballages de barres de céréales...). Grrr...
  • 3 barres de céréales par jour et par personne (ou des mélanges énergisants...).
  • pour les trois pique-niques du midi, on avait prévu : deux pains tranchés de 230 grammes, deux morceaux de fromage (le brie n'était sans doute pas l'idée du siècle, préférez un fromage à pâte dure qui lui a bien mieux tenu le choc !) et trois boîtes de pâté. On avait aussi prévu 6 bananes, mais on a dû les manger plus vite puisqu'elles ont un peu souffert de la promiscuité avec le reste dans le sac à dos et donc étaient un peu capout... Le soir, nous dînions dans les gîtes (repas à réserver à l'avance).
  • des tongs
  • des vêtements chauds car il fait frisquet le soir (polaire ou pull), des T-shirts de rechange, un short et un pantalon pour marcher, un pantalon chaud pour le soir, un T-shirt de pyjama, sans oublier les chaussettes de marche ! Prendre également un K-way (quoi que nous n'avons pas eu trop de pluie, ouf !)
  • une serviette de bain de rando (pas de serviette prêtée par les gîtes), un petit savon et shampooing, dentifrice et brosse à dents...
  • une lampe frontale (c'est toujours sexy et ça peut servir si on traîne trop !)
  • des boules Quies, indispensables pour dormir en gîte (dortoir oblige !). Pas besoin de prendre de duvet, les gîtes dans lesquels nous avons dormi mettaient à notre disposition des draps propres et des couvertures.
  • le chargeur de l'appareil photo et l'appareil photo (malgré ce qui est inscrit lors de la réservation des gîtes dans Mafate, j'ai pu à chaque fois recharger mon appareil photo si j'en avais besoin).
  • une trousse de soin au cas-où on se fait mal avec pansements, désinfectant, baume du tigre, attelle en cas d'entorse (autant réutiliser celle de l'an dernier, non ?), etc.
  • deux ou trois petits magazines à lire une fois arrivés au gîte (après l'effort, le réconfort !)
  • du liquide pour payer les gîtes (repas), car dans Mafate, aucun distributeur !

Nous n'avions pas prévu les petits déjeuners, ceux servis par les gîtes sont sympathiques (confitures variées, pain, beurre, boisson chaude et fruit) mais un peu chers pour ce que c'est.

Beaucoup des gens que nous avons croisés prévoyaient une boucle. Cependant, à nos yeux, cela représentait deux désavantages : l'obligation de revenir à son point de départ (c'est le principe de la boucle haha), et le fait de devoir sans doute payer le parking de la voiture de location pendant notre marche (sans compter le prix de la location en elle-même). Nous avons donc étudié la solution des bus qui s'avère être excellente !

La ligne 2 des bus Kar'ouest fait le trajet Saint-Paul vers Piton Maïdo trois fois par jour : à 6h00, à 14h00 et à 16h20. Ce qui est très appréciable c'est que les bus sont très ponctuels !
Je vous déconseille de partir avec le bus de 16h20 quoi qu'il en soit, puisqu'il est trop tard et quelle que soit la saison, vous risqueriez de finir la marche dans le noir. Si vous venez uniquement pour admirer le point de vue, un départ à 14h peut suffire, mais le risque est que vous ne voyiez plus rien.
En effet, durant l'hiver austral, le Cirque de Mafate est dégagé à partir de 9h environ, et ce jusqu'en début d'après-midi seulement d'après les locaux. Durant l'été austral, par contre, c'est vers 6h que ça se dégage, pour se couvrir dans la matinée. Dans tous les cas, le bus de 6h est à mon sens la meilleure solution, d'autant plus qu'il nous a déposés relativement loin du point de vue (on a dû marcher une bonne demi-heure pour l'atteindre, mais on aurait pu facilement faire du stop, même si tôt on a vu quelques voitures passer). Le lever à 4h30 du matin aura fait un peu mal, et quelle ne fut pas notre déception lorsqu'une fois au parking proche du point de vue, la brume était très très dense... Il y a sur ce parking un petit café, tenu par un homme très gentil, qui nous a fait reprendre espoir : la brume se lève plus tard durant l'hiver, et il fallait donc y croire. Vers 9h, sa prédiction s'est réalisée et nous sommes montés au point de vue pour admirer le Cirque de Mafate vu du Piton Maïdo. C'est une vue ma-gni-fique. Même sans marcher ensuite dans le Cirque, monter ici vaut la peine. J'avais l'impression d'avoir sous mes yeux un paysage digne du Seigneur des Anneaux... !

Cirque de Mafate
Cirque de Mafate
Cirque de Mafate

Cirque de Mafate

C'est là qu'a débuté notre randonnée au sein du Cirque de Mafate. Les sentiers sont très bien balisés et vous n'avez aucun risque de vous perdre !
Première étape : Piton Maïdo -> Roche Plate
Nous sommes partis du Maïdo vers 10h, pour arriver vers 15h et quelques à Roche-Plate, les genoux flingués. Le début de la rando est facile, et on prend son temps pour atteindre le Ti Col en profitant des magnifiques points de vue sur le cirque... Mais une fois au Ti Col, les ennuis commencent car la descente jusqu'à La Brèche est longue et douloureuse pour les genoux (nous n'avions pas de bâtons). A part une pause bibine et/ou barre de céréales toutes les 25 minutes et un petit pique-nique au point de vue marqué sur la carte IGN, nous n'avons pas chômé... Et pourtant, il nous aura fallu un bout de temps pour atteindre la Brèche (ne croyez pas les réunionnais sur-entraînés que vous croiserez sur le chemin quand ils vous disent qu'il reste un quart d'heure... ! à moins que vous ne soyez aussi entraîné et/ou à l'aise en descente, ce qui n'est pas notre cas !). Heureusement, une fois à la Brèche, le chemin perd en dénivelé et nous avons mis moins que le temps prévu pour arriver à Roche-Plate (40 minutes d'après le panneau), et ça m'a rassurée car je commençais à craindre que nous n'ayons pas le temps de faire l'étape du lendemain de jour ! L'îlet de Roche-Plate est tout petit et nous n'y avons croisé personne à part des randonneurs. J'ai vraiment préféré l'îlet de Marla, qui m'a semblé bien plus vivant et agréable !
Nous avons dormi au gîte Chez Juliette, à Roche Plate. Pour réserver des lits (16 € le lit), il faut passer par la Centrale de Réservation mais c'est par téléphone qu'on réserve les repas (au moins 48h à l'avance). Le dîner y est copieux et délicieux, par contre l'accueil est un peu froid. Nous avons eu du mal à avoir de l'eau chaude (ou alors elle était brûlante), mais les dortoirs sont propres et confortables (huit personnes par chambre). On a la possibilité de recharger son téléphone ou appareil photo entre 13h et 22h.
Le petit déjeuner est également copieux. Prix pour dîner + petit déjeuner : 26 euros par personne (il me semble que c'est 19 + 7).
Le vrai point fort des repas en gîte, c'est la convivialité : si on tombe sur des gens sympas, le repas est l'occasion de partager et d'échanger avec d'autres, et en mangeant bien en plus !

Deuxième étape : Roche Plate -> Marla
Le lendemain, nous avons vraiment apprécié la marche malgré les courbatures naissantes (une telle descente ne nous a pas laissés indemnes). Cette marche de 5h30 (nous avons effectivement mis 5h30 sans compter les pauses, hourra !) nous a beaucoup plu, elle permet de voir des paysages différents, on traverse des rivières, des forêts, des lieux un peu plus désolés avec beaucoup de roche... En arrivant de Roche-Plate, on commence par atteindre la tisanerie dont nous avaient parlé d'autres randonneuses lors du dîner au gîte, c'est donc sans hésiter que nous avons commandé une citronnade (3,50 €) qui s'est avérée délicieusement rafraîchissante ! Ils proposent aussi des crêpes à la confiture maison (4 € - on en a pris une pour deux, c'était pas mauvais mais elle était un peu trop épaisse à mon goût). On peut être tenté de pique-niquer ici, mais non, résistez car dans à peine cinq-dix minutes de marche, vous arriverez à un grand espace idéal pour pique-niquer, en bord de cascade, à l'orée de la forêt. On est restés là un bout de temps, à profiter du paysage, mais vu que le temps s'assombrissait, j'ai quand même insisté pour ne pas trop traîner. Il y a pas mal de dénivelé mais la marche nous aura semblé bien moins dure que celle de la veille ! Et l'arrivée sur Marla est magique, ce petit village très vivant (épicerie et snack, possibilité de réserver des sandwichs et de prendre un petit déjeuner) offre une halte vraiment agréable.
Nous ne savions pas que Marla permettait un petit ravitaillement, nous avions donc réservé le repas en gîte chez Yolande Hoareau (dîner + petit déjeuner pour 28 euros par personne (20 + 8 je crois)). Comme pour Chez Juliette, on a réservé les lits sur internet (18 € le lit en dortoir) et par téléphone pour les repas. Les dortoirs sont tout petits (chambre double ou dortoir de trois personnes) et propres, logés dans un charmant chalet en bois. Le repas est copieux également, et on a passé un super moment avec les autres randonneurs à discuter de la faisabilité de la randonnée du Piton des Neiges. La lampe frontale s'est avérée utile pour rejoindre les dortoirs depuis la salle à manger !

Troisième étape : Marla -> Col des Boeufs
Seul impératif pour ce jour : atteindre avant 15h30 le Col des Boeufs pour prendre le bus (seulement deux bus par jour pour rejoindre le cirque de Salazie : l'un à 8h30, l'autre à 15h30). Cependant, nous n'étions pas très inquiets car il y a un parking sur le Col des Boeufs, et nous aurions sans doute trouvé une bonne âme pour nous amener dans Salazie si nous avions manqué le bus !
Nous avons choisi le trajet le plus court, en prenant notre temps... J'avais envisagé de passer par la Nouvelle, mais je pense que ça aurait été plus compliqué pour avoir le bus à temps. Nous sommes partis vers 9h pour arriver vers 14h au Col, en faisant une pause déjeuner agréable sur la Plaine des Tamarins. La marche est censée durer 2h45, nous avons clairement été plus long, mais à quoi bon arriver plus tôt pour attendre sur le parking ?
Le sentier qui amène au Col des Boeufs en partant de Marla est vraiment très agréable (et ce qui est super c'est qu'on repère Marla de temps en temps sur le trajet, on peut donc se rendre compte de ce qu'on a parcouru !), on traverse également de petites rivières, de la forêt, de la plaine, on croise des vaches... C'est vraiment chouette ! Seul bémol : beaucoup de boue sur la deuxième partie du trajet, en montée ça va, mais en descente ça aurait été encore plus risqué et j'aurais sans doute fini sur les fesses ! Et encore, l'hiver austral n'est pas la saison des pluies !
Une fois arrivés en haut, on a un joli point de vue sur le Cirque. On était les deux seuls zigotos à prendre le bus pour aller dormir à Grand Îlet, ce qui nous a permis de discuter avec le chauffeur qui était un coureur de la Diagonale des fous (vous savez, le trail qui traverse la Réunion !). Quand on a marché dans le cirque de Mafate et qu'on a les courbatures que j'avais, on se dit que ces gens sont vraiment des surhommes !
Il est également possible de rejoindre Saint André en prenant le même bus, pour une arrivée à Saint André à 17h25. En s'arrêtant à Mairie de Salazie (16h48), on peut aussi choisir d'aller jusqu'à Hell Bourg en prenant le bus qui part à 18h06. Mais ça fait poireauter un certain temps, et arriver à Hell Bourg à 18h26 (un peu tard pour en profiter, mais ça laisse le lendemain !).

Mon avis sur notre parcours :
Je pense que notre parcours a l'avantage d'éviter la location d'une voiture et de faire une boucle. On a adoré les jours 2 et 3 de marche, le jour 1 nous aura aussi offert de magnifiques points de vue mais la douleur était trop grande. Cependant, je pense que notre parcours est plus agréable dans ce sens que dans l'autre (monter le Piton Maïdo, ce sera sans moi les gars !). Si c'était à refaire, je ne pense pas que je changerais le programme, je crois que trois jours de marche pour des randonneurs amateurs comme nous, c'est très bien. Et les paysages que nous avons vus, très variés, nous ont ravis !

Plan du Cirque de Mafate

Plan du Cirque de Mafate

Cirque de Mafate
Cirque de Mafate
Cirque de Mafate
Cirque de Mafate
Cirque de Mafate
Cirque de Mafate
Cirque de Mafate
Cirque de Mafate

Cirque de Mafate

Randonner pour atteindre le sommet du Piton des Neiges :

Notre matériel indispensable pour randonner pour le Piton des Neiges :

  • un bon sac à dos et de bonnes chaussures
  • une gourde d'un litre par personne (possibilité de remplir sa gourde le long du sentier à mi-chemin à peu près, pas la peine de prendre trop d'eau)
  • un sac poubelle pour mettre ses déchets
  • 3 barres de céréales par jour et par personne (ou des mélanges énergisants...).
  • un sandwich et un petit gâteau pour le pique-nique du midi
  • des tongs
  • des vêtements chauds car il fait frisquet au sommet, trèèès frisquet (prévoir plusieurs couches), un T-shirt de rechange, un pantalon pour marcher, un pantalon chaud pour le soir, un T-shirt de pyjama, sans oublier les chaussettes de marche ! Ce qui nous a beaucoup manqué et que nous n'avions pas : une cape de pluie !
  • un duvet car il n'y a pas de draps fournis au Refuge de la Caverne Dufour, et les couvertures sont apparemment lavées plutôt rarement... !
  • dentifrice et brosse à dents, une serviette aussi pour se rincer vite fait mais il n'y a pas de douche au Refuge de la Caverne Dufour
  • une lampe frontale (si vous voulez partir avant le lever du soleil, indispensable !)
  • des boules Quies, indispensables pour dormir en gîte (dortoir oblige !)
  • appareil photo (je ne me rappelle pas avoir vu de prises pour recharger quoi que ce soit cependant)
  • une trousse de soin au cas-où on se fait mal avec pansements, désinfectant, baume du tigre, attelle en cas d'entorse (autant réutiliser celle de l'an dernier, non ?), etc.
  • deux ou trois petits magazines à lire une fois arrivés au gîte (après l'effort, le réconfort !)
  • du liquide pour payer le repas

Le petit déjeuner à la Caverne Dufour est vraiment cher pour ce que c'est : 4 tranches de brioche tranchée industrielle, une portion de confiture, deux de beurres et une boisson chaude pour 7 €. Autant se contenter d'une boisson chaude (2 €) et apporter soi-même ses vivres !

Beaucoup de gens nous avaient découragés de faire cette marche. En effet, on nous a dit que c'était vraiment vraiment dur, et qu'on allait souffrir. Nous avons donc hésité, mais le gîte était réservé et j'avais quand même envie de gravir cet emblème de la Réunion, donc nous sommes partis du Bloc (cirque de Cilaos) sous un joli soleil aux alentours de 10h45. Ce coup-ci, nous étions en voiture, et nous avons eu la chance de trouver une place où nous garer car il n'y en avait pas beaucoup. Au départ, nous voulions louer des bâtons de marche mais nous n'avons pas trouvé de magasin proposant ce service. A Cilaos, le magasin de randonnée nous a conseillé de prendre des bâtons en bas du sentier, les gens en laissant régulièrement, puisque les bâtons n'allaient nous servir que pour cette marche. Par chance, nous en avons trouvé deux (il n'y en avait pas tant que ça). Nous avons monté vraiment doucement, et on a mis environ 3h50 de marche (4h30 en tout en comptant la pause déjeuner) pour atteindre le Refuge. Je suis arrivée en haut (presque) fraîche comme un gardon !
Je m'attendais, au vu de ce qu'on m'avait dit, à une série de marches sans charme, en plein cagnard, sur une étendue déserte et sablonneuse. Que nenni ! La majorité de la marche se fait dans la forêt, on a même quelques points de vue sur le Cirque le long du trajet. Au bon tiers du chemin pour atteindre le refuge, il y a un abri où on peut également se réapprovisionner en eau. On en a profité pour pique-niquer !
A partir de l'abri, on avait un peu la tête dans les nuages, mais on a quand même apprécié la marche jusqu'au Refuge.

Le Refuge est très sommaire : des chambres plus ou moins grandes accueillent des lits superposés à trois étages (!!!), nous avons eu la chance d'être dans une chambre de neuf personnes (19 € le lit). Pas de possibilité de se doucher. Le repas est servi à 18h30 (voire un peu avant), il faut le réserver à l'avance (22 €). Le plat était vraiment bon (carry de poisson ou de poulet), mais pour le reste, c'était un peu abusé (en dessert : une compote, alors que dans Mafate nous avions des gâteaux au chouchou ou des choses maison). Je pense vraiment que ce Refuge profite de son monopole pour abuser sur les prix et les prestations.
On s'est couchés de bonne heure car, comme tout le monde, nous voulions partir très tôt le lendemain pour voir le lever de soleil sur l'île.

Lorsque nous avons mis le nez dehors chaudement couverts (deux pantalons, un T-shirt, deux pulls et mon K-way), vers 4h15, les étoiles brillaient, annonciatrices d'un beau lever de soleil bien dégagé... ! Nous avons marché 2h15 pour atteindre le sommet, à l'aide de la lampe frontale, et c'est dans le dernier quart d'heure qu'un gros nuage est arrivé. Les gens sont rapidement partis pour rentrer au gîte, déconfis. La marche de l'aller ne m'a pas semblé trop pénible, j'étais tellement obsédée par le fait d'arriver à temps que j'ai tout donné ! Moi, un peu têtue et carrément dégoûtée, je ne voulais pas partir, j'espérais secrètement que ce nuage partirait. Mais ce n'était pas simplement un nuage de brouillard, mais un bon gros nuage de pluie. Mon petit bichon a fini par me faire entendre raison (en plus, on avait très froid et pas d'endroit où s'abriter pour attendre au sec). On a donc descendu ce qu'on avait monté, et sous une pluie diluvienne, avec le vent qui soufflait (et un vent froid, sinon c'est pas drôle !). On est arrivés au gîte vers 9h, trempés comme des soupes (c'est là qu'on s'est dit qu'il nous manquait vraiment une cape de pluie). Nos affaires dans les sacs à dos étaient également trempées... On était dégoûtés ! En arrivant au gîte, on a vu un jeune homme entamer son ascension pour le sommet. J'ai essayé de le décourager en lui disant que ça ne servait à rien, je n'ai pas réussi (c'était peut-être un traileur qui cherchait à s'entraîner dans des conditions défavorables !).
On a pris un petit déjeuner pour se réchauffer et remonter notre moral en berne (malgré le tarif prohibitif), pour se faire virer à 10h car le ménage devait être fait dans la salle commune... J'ai trouvé ça dur que la météo n'influe pas sur l'accueil du Refuge (ne comptez donc pas être accueillis entre 10h et 15h). Nos vêtements essorés, nous les avons remis pour arriver le plus vite possible au Bloc et monter dans la voiture.
La descente est censée durer 2h20, et c'est très fièrement que je vous annonce que nous avons mis 2h35 pour la faire, aidés par les bâtons que nous avions trouvé en partant. On n'a fait qu'une brève pause à l'abri, mais la pluie nous a motivés à ne pas nous arrêter.
Bref, je suis arrivée en bas, soulagée d'en avoir fini mais dégoûtée d'avoir manqué le spectacle et d'avoir monté pour finalement ne rien voir du tout (on ne voyait pas à trois mètres !). Enfin, c'est le jeu !

Mon avis sur cette randonnée :
L'ascension du Piton des Neiges est accessible à tout marcheur moyen (franchement, je ne vais pas vous cacher que je ne suis pas une grande sportive). Cependant, la météo est vraiment un facteur déterminant, et quelques jours avant notre marche, on prévoyait beau... Mais finalement, la veille, les prévisions avaient changé ! Je suis dégoûtée, car en montant la veille on aurait eu une vue incroyable...
Lorsqu'on descendait sous la pluie, on a vu des gens monter. A leur place, je ne sais pas si j'en aurais eu le courage. Si vous n'êtes pas en haute saison, je vous conseille de réserver le plus tard possible (avec le risque cependant qu'il n'y ait plus de place)... Car sans le soleil de votre côté, la montée n'a pas un intérêt incroyable, même si la forêt est jolie.
Le sentier est bien balisé jusqu'au Refuge, il n'y a pas trente-six solutions de toute façon sur le chemin emprunté, par contre de nuit avec la loupiote on a par deux fois eu un peu de mal à trouver les balises. Enfin rien d'infaisable (et il suffit d'attendre que quelqu'un passe pour trouver sa route, vu qu'on n'était pas les seuls à vouloir arriver au sommet avant le lever du soleil) ! Pas de souci au retour par contre, dans la lumière du jour (malgré la pluie et le vent, si vous avez bien suivi !).
Mais si je retournais à la Réunion, je crois que je voudrais quand même retenter l'expérience...

Ascension du Piton des NeigesAscension du Piton des Neiges

Ascension du Piton des Neiges

A mon sens, la randonnée est essentielle à la découverte du patrimoine de la Réunion. Et encore, mon petit bichon et moi avons fait peu par rapport à l'étendue des possibilités !

Si vous vous en sentez capable, franchissez le pas !

Publié dans Pouet autour du monde

Commenter cet article

Mimi 31/08/2017 10:39

Ouf ! Je viens de terminer l'ascension du cirque de Mafate et du Piton des Neiges et je suis exténuée. Mais que de beautés ! J'avais vu un documentaire sur Mafate dans lequel on nous montrait comment les habitants étaient ravitaillés (par hélicoptère). Je me disais que c'était le bout du bout du monde et voila que toi, tu l'as atteint. Ca c'est une vraie et belle découverte ! Tu viens de faire le plein de souvenirs éblouissants pour des années. Merci petite Pouët pour ce beau voyage !

Pouet 31/08/2017 12:16

Que tu es courageuse ^^ as-tu eu plus de chance que nous au sommet du Piton des Neiges ? ;)
Ravie d'avoir pu te faire voyager Mimi !