L'auberge sanglante : ne dormez plus que d'un oeil !

Publié le par Pouet

S'il est un jeu auquel nous aimons jouer avec tous, c'est l'Auberge Sanglante !

L'auberge sanglante

L'auberge sanglante

Contexte du jeu :

1831, ans un coin reculé de l'Ardèche, se niche le village de Peyrebeille. De nombreux visiteurs y passent le temps d'un nuit, et une famille de cupides paysans (incarnés par les joueurs) est bien décidée à faire fortune en investissant dans une auberge pour détrousser les clients... Tous les clients ne ressortiront pas vivants de leur nuit à Peyrebeille !

Ce qui est amusant, c'est que cette auberge a réellement existé, et que les créateurs du jeu s'en sont inspirés !

Déroulement du jeu :

Les joueurs, au nombre de 1 à 4 (14 ans et plus), incarnent donc les tenanciers de cette auberge... Ils forment donc une famille, mais les membres sont bien loin d'être altruistes : c'est ici chacun pour soi, et le joueur le plus riche gagnera la partie ! On joue pendant quarante cinq minutes-une heure (il existe deux modes de jeu : partie longue ou courte).

Le jeu dure le temps d'avoir vidé deux fois la pioche de voyageurs.
Chaque tour de jeu se déroule en trois phases : l'accueil des voyageurs (en soirée), les deux actions de chaque joueur (de nuit) et la fin du tour (au petit matin).

Phase 1 : Lors de l'accueil des voyageurs, le premier joueur doit simplement placer une à une huit cartes Client dans une chambre vide. Attention : il ne doit pas regarder au préalable les cartes qui arrivent, cela doit se faire une par une.

Phase 2 : En commençant par le premier joueur, les joueurs réaliseront tour à tour deux actions. Les cartes Client sont parfois marquées d'un symbole autour du nom du personnage : une pile de billets bleus pour les corrupteurs (les clients ayant une aptitude pour la corruption), une truelle rouge pour les constructeurs, un revolver noir pour les tueurs, et un cercueil violet pour les fossoyeurs. Les actions possibles sont les suivantes :

  • corrompre un client, c'est-à-dire prendre en main l'un des clients de l'auberge, qui deviendront alors vos alliés. Le joueur choisit donc un client de l'une des chambres de l'auberge, il doit ensuite défausser de sa main autant de cartes Client que le rang du client qu'il corrompt (0 à 3). Parmi les cartes défaussées, il doit cependant récupérer celles avec le symbole "billets", qui marque les clients ayant une aptitude pour la corruption. Le client corrompu est ensuite ajouté à la main. Il est également possible de corrompre un ou deux paysans s'il y en a de disponibles au bistrot (ils sont de rang 0, donc il n'y a rien à défausser).
  • construire une dépendance : le joueur choisit une carte de sa main (un des clients qu'il avait corrompus) et la pose devant lui, face visible. Cette carte devient alors une dépendance, qui peut accueillir autant de cadavres que le rang de celle-ci, et qui offre des avantages ponctuels ou permanents (par exemple, le mécanicien permet de défausser un allié de moins lors de la construction). De la même manière que pour la corruption, le joueur doit défausser autant de cartes que le rang de la dépendance construite, et récupère dans sa main les cartes avec le symbole truelle.
  • tuer un client : le joueur choisit un client de l'auberge et le retourne (côté cercueil) pour le poser devant lui. Il doit défausser autant de cartes que le rang du client tué, en récupérant les cartes marquées d'un revolver.
  • enterrer un cadavre : le joueur choisit un des cadavres posés devant lui pour l'enterrer. Il peut l'enterrer chez lui ou dans la dépendance d'un autre joueur (mais il devra partager avec lui le contenu des poches du client enterré). Il doit défausser autant de cartes de sa main que le rang du client enterré, en récupérant les comparses dotés du symbole cercueil. Ensuite, il avance son pion sur la piste de richesse (le maximum étant de 40 francs, il faut veiller à ne pas enterrer un cadavre si on est trop proche des 40 francs).
  • passer ou blanchir de l'argent : à son tour, le joueur peut transformer l'argent de la piste des richesses en chèques (ce qui lui permettra d'évoluer à nouveau sur la piste de richesse), ou inversement de transformer des chèques en pièces sur la piste des richesses si jamais il est à court de monnaie. L'échange des pièces de la piste de richesse en billets ne se fait que par multiples de dix (les chèques étant d'un montant de 10 francs).

Phase 3 : Au petit matin, on fait le bilan de la nuit. S'il reste des forces de l'ordre dans l'auberge (si elles n'ont ni été tuées, ni corrompues), elles enquêtent. Et elles ne doivent pas trouver de cadavre non enterré, sans quoi le joueur devra s'acquitter de la somme de dix francs pour faire appel au fossoyeur du village, sans toucher l'argent des poches du cadavre.
Ensuite, les voyageurs encore présents dans l'auberge paient leur nuitée : un franc si le voyageur est dans la chambre que vous gérez ! D'où l'importance pour le premier joueur de répartir intelligemment les voyageurs lors de la première phase (pour essayer de faire en sorte que le voyageur de sa chambre ne meurent pas, et que ceux des autres joueurs meurent ou soient corrompus).
Puis chaque joueur paie le salaire des comparses qu'il tient en main : il recule son disque sur la piste de richesse d'un franc par allié. S'il n'a pas assez d'argent (les chèques ne comptent pas), il est obligé de se défausser d'autant de comparses que de pièces manquantes.

Puis le premier joueur change, et ainsi de suite.
Le jeu se termine lorsque la pile d'entrée dans l'auberge a été vidée deux fois, et le gagnant est évidemment le joueur le plus riche !

Cartes dans l'Auberge sanglanteCartes dans l'Auberge sanglante

Cartes dans l'Auberge sanglante

Mon avis sur ce jeu :

C'est un jeu que nous avons testé chez des amis, et que nous avons aimé si bien que nous l'avons acheté sur Okkazeo. Ce qui me plaît dans ce jeu, c'est son accessibilité qui ne le rend pas pour autant simpliste : c'est un jeu où il faut réfléchir et surveiller ce que font nos adversaires. La première partie n'est cependant pas évidente, car le jeu peut aller très vite et on peut ne pas voir le temps passer, mais il suffit d'en faire une deuxième pour prendre sa revanche !

Êtes-vous tenté de devenir, vous aussi, le tenancier de cette sombre auberge ?

Publié dans Pouet joue

Commenter cet article

Mimi 15/05/2017 15:15

Ton jeu me fait penser à un vieux film "l'auberge rouge", à mon avis tiré aussi de la réalité. C'est un jeu terrible, mais tellement tentant. Celui-là, je l'essaierai bien. On a tous un petit dèmon en soi qu'on aimerait bien libérer de temps en temps. Arrrrrrh !!!

Pouet 15/05/2017 17:08

Il est très sympa et agréable à jouer ! Tu me diras si tu l'as essayé :)