Room 25 : le film "Cube" version jeu de société !

Publié le par Pouet

Vous connaissez le film "Cube" ? Ce film dans lequel les personnages sont coincés dans un cube géant, lui-même divisé en salles cubiques, duquel ils doivent s'échapper ?

Room 25Room 25

Room 25

Personnellement, je ne le connaissais pas avant que mon petit bichon le mentionne (je suis une froussarde et j'assume), mais dans Room 25, on vit quasiment ce que vivent les personnages de ce film : s'échapper d'un complexe en risquant sa peau à chaque pas ou presque !

C'est un jeu pour 1 à 6 joueurs de plus de 10 ans, qui dure une bonne demi-heure.

Déroulement du jeu :

Les tuiles "salle" composent un carré de 5 sur 5, soit 25 salles. Une seule est la Room 25, qu'il faudra la plupart du temps atteindre pour gagner !

Le jeu se déroule en 8 à 10 tours, suivant le mode de jeu choisi (mode coopération, mode compétition, mode par équipe, mode coopération, mode solo).

A chaque tour, les joueurs peuvent faire une ou deux actions parmi les suivantes :

  • regarder : permet de voir l'une des salles adjacentes à celle où est le personnage (pas en diagonale).
  • se déplacer : aller dans une des salles adjacentes (pas en diagonale). Si la salle était cachée, on la découvre.
  • pousser : pousser l'un des joueurs qui est avec nous dans une salle adjacente (très méchant). On ne peut pas faire cette action depuis la salle Centrale.
  • contrôler : "glisser" aurait été plus parlant ; cette action permet de déplacer la rangée de tuiles sur laquelle se situe le personnage, d'un cran dans la direction choisie (verticalement ou horizontalement). Attention, il est cependant impossible que le glissement ne fasse bouger la salle Centrale. De plus, durant un même tour de jeu, une même rangée peut être déplacée plusieurs fois mais toujours dans le même sens (on ne peut pas annuler ce que vient de faire un autre joueur). On place un marqueur pour se souvenir du sens de déplacement du tour en cours.

On programme ses deux actions avant le tour de jeu, et chacun à leur tour les joueurs dévoilent leur première puis leur deuxième actions. Un joueur peut également choisir de ne faire qu'une seule action, qu'il posera alors entre les deux emplacements de programmation. Il pourra choisir de la jouer au premier ou au deuxième tour de table. Le premier joueur change à chaque tour de jeu, et influe vraiment sur les actions à prévoir (suivant si on est le premier joueur ou non, on peut se permettre de pousser les autres, ou alors on risque nous-même d'être poussé, etc.). Dit comme ça, la vie semble être un long fleuve tranquille, n'est-ce pas ?

Que nenni ! Les salles sont très variées, allant de la plus inoffensive "salle vide" à la terrible "salle mortelle" (qui, comme son nom l'indique, tue n'importe qui y pénétrant). Sans oublier la salle piégée qui tue le personnage s'il est encore dans la salle à sa prochaine action... Il y a en tout 16 types de salle, dont certaines sont sans danger, d'autres simplement considérées comme des obtacles, le reste étant clairement un danger mortel. Heureusement, chaque joueur dispose d'une balise mémorielle qu'il peut placer sur une salle cachée pour se souvenir de sa position malgré les mouvements du plateau de jeu. Cependant, la balise ne peut pas être récupérée tant que la salle n'est pas visible de tous.

Suivant le mode de jeu choisi, le type de salle composant le Complexe varie. Car, comme je l'ai mentionné plus haut, il existe 5 modes de jeu :

  • le mode solo, pas si palpitant à mon sens
  • le mode coopération (pour 2 à 6 joueurs) : les joueurs doivent sortir du Complexe ensemble.
  • le mode par équipe (pour 4 ou 6 joueurs) : pour gagner, une équipe doit s'évader avec tous ses prisonniers ou éliminer tous les membres de l'autre équipe. Pour corser le jeu, si un personnage est éliminé, le reste de son équipe ne pourra s'échapper du Complexe que lors du dernier tour de jeu.
  • le mode compétition (pour 2 ou 3 joueurs) : chaque joueur joue deux prisonniers. Les joueurs jouent les uns contre les autres et le premier parvenant à faire sortir ses personnages du Complexe ou à éliminer tous ses adversaires gagne.
  • le mode suspicion (à partir de 4 joueurs) : les joueurs sont divisés en deux groupes : les prisonniers et les gardiens. Les prisonniers gagnent s'ils arrivent tous à s'échapper du Complexe (un joueur peut rester sur le carreau (éliminé ou abandonné) s'ils s'échappent lors du dernier tour). Les gardiens gagnent si deux prisonniers ont été éliminés ou si les prisonniers n'ont pas réussi à s'échapper avant la fin du décompte.
    Des cartes "rôle" sont distribuées face cachée en début de partie. A 4 et 5 joueurs, il y a une carte de plus que de joueur afin de conserver le doute sur la présence ou non de gardien et leur nombre.

Pour sortir du Complexe, il faut trouver la Room 25, l'atteindre pour ensuite la sortir du Complexe via l'action "Contrôler" avec tous les prisonniers dessus. Beau programme me direz-vous, car ce n'est pas toujours si simple !

Mon avis sur ce jeu :

Le jeu Room 25 est un jeu très facile à prendre en main, à expliquer, et qui se joue vite. Son vrai point fort est la variété des modes qui permet de faire des parties très différentes.
J'aime bien jouer à ce jeu, il n'est pas si facile car dès lors que les autres joueurs peuvent être nos adversaires, l'ordre de jeu est primordial, et il faut réfléchir et anticiper les actions des autres. Le jeu est agréable également en mode bisounours, c'est-à-dire le morde coopération, même s'il y a moins d'adrénaline !
Il existe une extension qui permet d'aller jusqu'à 8 joueurs et qui ajoute un mode. Mon petit bichon et moi ne la possédons pas et ne l'avons jamais testée.

Publié dans Pouet joue

Commenter cet article

Mimi 01/03/2017 09:10

Je ne connais ni le film, ni le jeu. Enfin, le film j'en avais entendu parler à l'époque mais la science-fiction n'est pas mon truc. Enfin, je dis ça mais la semaine dernière, je me suis faite piéger par une amie qui m'a emmenée au cinéma et nous y avons vu... un film de science-fiction !

Pouet 01/03/2017 13:33

Oui, j'ai vu ton article :)
Ce n'est pas tant de la science fiction, je me dis qu'au vu des télé-réalités d'aujourd'hui, on pourrait presque pousser pour aller jusque là !