Espion ou contre-espion ? Linq, le jeu d'ambiance rapide et amusant !

Publié le par Pouet

Vous cherchez un jeu rapide pour mettre un peu d'ambiance lors d'un repas de famille ? Lors d'une soirée entre amis ? Linq est le jeu qu'il vous fallait !

Linq est un jeu qui s'adresse aux joueurs âgés de 10 à 110 ans (bien qu'à mon avis, 10 ans soit un peu jeune) qui dure une petite demie-heure. On peut y jouer dès 4 joueurs, mais plus il y a de joueurs, plus c'est chouette (à 4, c'est un peu trop facile). C'est un jeu de mots, rapide à mettre en place et à expliquer.
Attention, il ne faut pas mélanger les cartes en ouvrant le jeu.

Déroulement du jeu :

A six joueurs par exemple, on va mélanger deux cartes "espion" (avec les mots clés) et quatre cartes "contre-espion". Le premier joueur, avant que les cartes aient été distribuées, donne le numéro du mot de passe, par exemple "ce sera le mot numéro 3". Ensuite, chaque joueur reçoit une carte comme celles présentées ci-dessous :

Linq

Linq

Du coup, deux joueurs ont des cartes avec des mots, et ils identifient le mot "Louche" comme étant le mot de passe. Les autres lisent sur leur carte "vous êtes contre-espion, votre mission : "démasquer les espions". Si le premier joueur est contre-espion, il n'a donc pas connaissance du mot de passe et va dire le premier mot qui lui passe par la tête. Sinon, il essaiera de dire quelque chose en rapport avec son mot de passe (ce qui pourra influencer les joueurs par la suite).

Exemple de partie avec ces cartes (les joueurs 3 et 5 sont les espions) :
Joueur 1 : Monstre
Joueur 2 : Peur
Joueur 3 : Bizarre
Joueur 4 : Etrange
Joueur 5 : Suspicieux
Joueur 6 : Espionnage

Et après ce premier tour, il y a systématiquement un deuxième tour en répétant le premier mot :
Joueur 1 : Monstre - Guerre
Joueur 2 : Peur - Mort
Joueur 3 : Bizarre - Couteau
Joueur 4 : Etrange - Assiette
Joueur 5 : Suspicieux - Cuillère
Joueur 6 : Espionnage - Fourchette

(bon, évidemment, tout ne se déroule pas toujours idéalement et parfois, placer le mot qui fait mouche sans être démasqué est très difficile)(d'ailleurs dans cette partie imaginaire, je ne suis pas sûre que les espions se trouveraient sans l'ombre d'un doute, le 4 peut faire illusion)

Après, on peut faire un tour pour que chacun répète. Et ensuite, on lève les bras en l'air, on compte jusqu'à trois, et chaque joueur désigne simultanément les deux joueurs qu'il pense être espions (s'il est lui-même espion, il se désigne par une main et de l'autre il désigne celui qu'il pense être son associé).

Si les espions se sont trouvés, ils vont gagner des points (les jetons noirs), mais si des contre-espions les ont démasqués, ils devront leur en donner un par contre-espion qui les aura démasqués ! Et si un espion a désigné à tort un contre-espion, même chose, il doit le dédommager en lui donnant un de ses jetons.

Les contre-espions qui ont désigné les deux espions peuvent également essayer de gagner plus de points en devinant le mot clé (une seule proposition, évidemment !).

On fait en théorie autant de tours qu'il y a de joueurs (par exemple, ici 6 tours), en changeant de premier joueur à chaque fois, et on compte les points à la fin de ces tours. Sans surprise, le joueur qui remporte la partie est celui qui a le plus de points.

Mon avis sur ce jeu :

J'aime beaucoup ce jeu ! Mon petit bichon était un peu réticent quand j'ai envisagé de l'acheter (une vingtaine d'euros), mais il a été converti dès la première partie.
Je trouve qu'on peut y jouer vraiment avec tout le monde : mon grand-père, par exemple, aime beaucoup y jouer, mais j'ai fait des parties avec des amis qui ont aussi adoré ! Je me souviens d'une partie où le mot de passe était "Grèce" et où le premier joueur, qui n'était pas espion, a dit "clepsydre" par hasard, et son deuxième mot était "perse" du coup, les deux espions l'ont désigné à tort ! Par contre, à quatre joueurs, il est vraiment trop facile de démasquer les espions et le jeu n'a, à mon sens, de l'intérêt qu'à partir de cinq joueurs.
J'aime aussi sa flexibilité : on peut faire autant de tours que l'on souhaite finalement, et on peut s'arrêter quand le plat est chaud lorsqu'on a des amis à dîner, ou quand on est fatigué. J'aime cette facilité de mise en place et d'arrêt de jeu.
Un autre de ses points positifs est sa rejouabilité infinie : il y a 50 cartes différentes avec 10 mots de passe sur chacune, soit 500 mots de passe possibles... En plus, suivant les personnes avec qui vous jouez, elles n'emploieront pas les mêmes mots à chaque partie. Bref, difficile de se servir du souvenir d'une partie antérieure pour remporter la partie en cours.
Cela fait donc beaucoup de points positifs pour Linq, auxquels s'ajoute aussi le fun car c'est un jeu amusant bien que les tours soient studieux, on est parfois vraiment surpris d'avoir été découvert ou on jubile d'avoir démasqué les espions... !

C'est un jeu aussi qu'on peut "faire maison" en écrivant un mot de passe sur deux morceaux de papier et en laissant blanc les autres (ou en inscrivant "contre-espion"), mais il faut faire attention à ce que les papiers ne soient pas reconnaissables ; et celui qui a choisi le mot de passe ne peut pas jouer.
D'ailleurs, Linq est le genre de jeu pour lequel on peut envisager des protège-cartes car il est difficile de jouer si les cartes "espion" sont plus neuves que les "contre-espion". 

Ce jeu vous tente-t-il ?

Publié dans Pouet joue

Commenter cet article