Lire partout avec la Kobo Aura

Publié le par Pouet

Avoir une liseuse, ça peut sembler gadget.

Cependant, pour qui aime lire et voyager, ça peut s'avérer pratique. En effet, quand on part en vacances ou en week-ends, c'est compliqué de prendre plusieurs livres (surtout si le format de poche n'est pas disponible pour ces livres et si on part assez longtemps).

Il y a donc deux ans, j'ai sauté le pas pour la liseuse, suite à une promo de la FNAC. J'ai choisi une Kobo Aura qui était en promotion et qui m'a coûté 100 €.

Pourquoi le choix de la kobo ?

Parce que des gens de mon entourage en avaient et en étaient satisfaits, et que mon frère a une liseuse Amazon (Kindle) et que c'est le bazar pour lire des formats autres que ceux d'Amazon et je ne voulais pas être restreinte. De plus, les critiques sur internet laissaient entendre qu'elle était de bonne qualité et avec une bonne autonomie.

Les points positifs de la Kobo Aura :

  • comme toutes les liseuses, sa transportabilité
  • fonctionnement satisfaisant (même si parfois c'est un chouilla long pour changer de page, c'est quand même très bien)
  • le menu bien fait : classement par auteur, titre, etc. Bon, il peut être un peu long de chercher un titre si votre kobo est pleine de livres, mais il vous suffit de les classer au fur et à mesure par auteur ou par genre (en créant des "collections"), et vous les retrouverez plus facilement.
  • bonne autonomie
  • son prix relativement raisonnable je trouve, surtout comparé à ce que peut coûter le Kindle dans ses versions les plus haut-de-gamme !
  • sa légèreté : trop facile de lire dans son lit maintenant !

Les points négatifs de la Kobo Aura :

  • de temps à autres, la lenteur pour passer d'une page à l'autre (voir plus haut), c'est pas gênant en soi, mais c'est pas rassurant pour la suite
  • le prix des ebooks : ce qui me fait vraiment halluciner, c'est le prix des ebooks (pas seulement pour la Kobo mais pour toutes les liseuses). C'est un fichier complètement dématérialisé, et on arrive à nous le faire payer presque aussi cher qu'un livre papier ! Heureusement, vous pouvez trouver sur le net des livres d'auteurs libres de droit du fait de leur âge, des grands classiques qu'il est chouette de relire.
  • le fait que le témoin de batterie ne soit pas à la hauteur : sur la fin, le déchargement de la batterie me semble un peu rapide.
  • le déchargement (qui me semble conséquent) même quand on ne lit pas : il m'est arrivé à plusieurs reprises de mettre de côté ma liseuse pendant un temps et de vouloir recommencer à lire plus tard, quelle surprise quand je soulève la couverture de voir qu'elle est capout ! Cela dit, rien ne dit que ce défaut soit propre à la kobo.

Il faut aussi noter qu'acheter une liseuse pour un argument écologique n'est pas forcément un bon argument puisque la liseuse consomme de l'énergie pour fonctionner et qu'il faudrait l'utiliser régulièrement et pendant plusieurs années pour qu'elle soit plus favorable à la planète que les livres papier qui auraient permis ces lectures... 
J'ai lu récemment qu'une liseuse dégage 250 fois plus de CO2 par an qu’un livre papier et pour l’amortir écologiquement il faut lire au moins 80 livres numériques par an pendant trois ans avec la même liseuse… Et 80 livres, faut y aller franchement pour les lire ! 

La liseuse est donc pour ceux qui lisent énormément, ou ceux qui aiment lire et être mobiles (voyages, déplacements, etc). Le livre papier a quand même des avantages certains, la liseuse quand elle aura quelques années, ne sentira jamais bon le vieux livre ! Et on peut se prêter les livres, les échanger, les donner, les vendre en vide-grenier, etc. Un livre a plein de vies dans une vie !
Si je n'étais pas amenée à me déplacer aussi souvent (entre autres pour rejoindre mon petit bichon), je n'aurais sans doute pas acheté de liseuse. Et finalement, je l'utilise de moins en moins pour revenir au format papier depuis que je suis inscrite à la médiathèque de ma ville. Quel avenir pour ma liseuse ?

Et vous, vous êtes plutôt liseuse ou livre ?

Commenter cet article