Carnet de voyage : les îles éoliennes

Publié le par Pouet

Les îles éoliennes, à quelques kilomètres des côtes siciliennes et de l'Italie (on peut s'y rendre en partant de Naples), constituent un ensemble de sept îles avec toutes un caractère propre et des panoramas magnifiques.

Carte d'identité de la Sicile :
- Superficie : 25 711 km²
- Population : 5 092 080 habitants.
- Densité : 198 habitants/km².
- Monnaie : l'euro.
- Langue : l'italien est la langue officielle, mais le dialecte sicilien est couramment employé.
- Capitale régionale : Palerme.
- Sites classés au Patrimoine mondial de l'Unesco : la villa romaine du Casale à Piazza Armerina ; la zone archéologique d'Agrigente ; les îles Éoliennes ; les villes du baroque tardif de la vallée de Noto : Caltagirone, Militello in Val di Catania, Catane, Modica, Noto, Palazzolo Acreide, Ragusa et Scicli ; Syracuse ; la nécropole de Pantalica ; le mont Etna.

Pour partir :
- Papiers (UE) : carte d'identité ou passeport en cours de validité.
- Décalage horaire : aucun.
- Meilleure saison : mai-juin et septembre-octobre.
- Durée de vol direct : pas de vol direct depuis Paris (mais il en existe depuis Paris Beauvais, environ 2h30).

En savoir plus sur le site du routard.

Est-ce que la vie est chère sur les îles éoliennes ?
Si j'ai bien compris, ça dépend beaucoup de la saison où vous vous y rendez. L'Italie n'est pas un pays cher en soi, mais à la haute saison (juillet-août), les tarifs sont décuplés. Et en plus de ça, il y a un monde fou et il fait très chaud. Si vous le pouvez, préférez donc mai-juin ou septembre-octobre pour être plus tranquille et payer moins cher !

Nos vacances sur les îles éoliennes :

Nous sommes partis une semaine en Sicile dont quatre jours sur les îles éoliennes en octobre 2015. Nous sommes partis de l'aéroport de Beauvais vers Palerme et avons payé un peu moins de 110 € pour l'aller-retour. Nous avons visité réellement trois des îles éoliennes : Lipari, Stromboli et Salina. Nous sommes passés sur Panarea et avons posé le pied sur Vulcano. Vulcano peut être intéressante à faire si vous avez un peu plus de temps, il y a de belles marches et la possibilité de faire des bains de boue (mais vous sentirez mauvais pour le reste du voyage d'après le routard). Les îles d'Alicudi et Filicudi sont un peu éloignées et plus difficiles à rejoindre en basse saison. A priori, Filicudi est le paradis des plongeurs, à bon entendeur !

A savoir :
Si vous y allez en dehors de la haute saison, il est probable qu'il n'y ait pas ou peu de bateaux qui fassent le trajet Palerme-Lipari. En ce qui nous concerne, il n'y en avait pas, nous avons donc fait en train le trajet Palerme-Milazzo (compter une bonne vingtaine d'euros par personne pour un aller) puis nous avons pris le bateau à Milazzo afin de rejoindre Lipari. Nous avons dormi à Milazzo le soir de notre arrivée en Sicile afin de prendre le premier bateau qui rejoignait les îles éoliennes au matin.
Chaque trajet en bateau a coûté environ 25€ par personne (mais ça peut être moins si on fait des sauts de puce entre des îles très proches comme Vulcano et Lipari (compter 5€ il me semble)).

Les vacances commençaient mal puisque la malédiction de la casquette a encore frappé, pour la deuxième fois : quelques temps après le contrôle à l'aéroport, la casquette flambant neuve de mon petit bichon avait encore disparu. Oubli au contrôle ? Vol ? Pince de fête foraine dans le passage caché du tapis roulant du contrôle ? Toutes les suppositions sont les bienvenues. En attendant, mon petit bichon arrivait en position de faiblesse face au soleil (que nous espérions malgré tout) des îles éoliennes.

L'île de Lipari :

L'île de Lipari est la plus grande île (et la plus touristique) des îles éoliennes. Lorsqu'on arrive de Milazzo, c'est la deuxième à être desservie (je ne dis pas ça parce qu'on s'est trompés d'arrêt et qu'on est descendus sur Vulcano, non non). Elle offre un très beau point de vue sur Vulcano.

  • l'observatoire de géophysique : cet observatoire a une situation privilégiée pour observer Vulcano et ses fumerolles (sans avoir les odeurs en plus !). Nous y sommes allés à deux reprises : pendant la journée et lors du coucher du soleil, il n'y avait pas grand monde et c'était très beau !
  • louer un scooter pour faire le tour de l'île : pour vous rendre à l'observatoire mais aussi pour vous promener sur l'île, le scooter est le moyen de locomotion idéal.

Au départ de Lipari, il est possible de réserver une excursion pour Stromboli et l'ascension du volcan du même nom. C'est ce que nous avons fait !

Vulcano vue de Lipari

Vulcano vue de Lipari

Excursion pour l'île de Stromboli :

C'est vraiment le moment fort du voyage. Nous avons payé environ 80€, ce qui comprenait : le transport jusqu'à l'île de Panarea (où nous avons fait une halte pour déjeuner et pour nous baigner (prenez les maillots de bain !)), puis le transport jusqu'à l'île de Stromboli (avec un passage à côté d'un volcan sous-marin très odorant), le guide Magmatrek pour l'ascension et le retour sur Lipari (en ce qui nous concerne, nous sommes passés par l'agence Da Massimo Dolce Vita).

L'île de Panarea n'a pas suscité un grand intérêt (surtout qu'on y est restés que le temps de déjeuner, donc si elle en avait un, on n'a pas vraiment pu s'en rendre compte) ; par contre, une fois arrivés à Stromboli, on est déjà surpris par les plages de sable noir. La montée se fait avec une halte (attendue impatiemment) toutes les trente minutes, on souffle comme des boeufs mais heureusement, il ne fait pas trop chaud (je ne sais pas comment on peut monter ça l'été en plein cagnard). On passe du niveau de la mer à 924 mètres quand même, en 2h30 !
Une fois au sommet, il fait plus frais. On sort la polaire et le coupe-vent, et le pique-nique, et on mange, observant droit dans les yeux le géant Stromboli et guettant un souffle ou un toussotement. Et là, des étincelles, des jets rougeoyants. On voudrait rester là toujours ! 
Mais après une heure, il faut repartir, la nuit est tombée, on sort la loupiote et on descend en s'enfonçant dans le sable noir (encore plus noir puisqu'il fait nuit !). La descente est plus rapide, mais dès les premiers pas, les colères de Stromboli ne sont plus visibles et on doit se contenter de garder en tête les images incroyables qui viennent de nous passer devant les yeux (zut, je deviens complètement lyrique, mais je vous assure, c'est dingue !). J'ai trouvé ça terriblement frustrant de repartir "si vite"... !

A savoir : pour l'ascension, de simples baskets ne suffisent pas, le guide refusera de vous laisser monter avec ça. Prenez bien de vraies chaussures de randonnée ou vous serez contraint de louer des chaussures sur place (en sus : 6€ je crois). Vous pourrez aussi louer un sac à dos, une loupiote frontale (indispensable pour la descente de nuit), etc.

N'oubliez pas de prévoir un pique-nique pour le dîner (et éventuellement pour le déjeuner car il n'y a pas d'endroit qui vaille le coup pour manger à Panarea, surtout que la halte peut s'avérer vraiment courte si l'excursion a pris du retard : nous même avons dû manger au lance-pierres !).
Pensez également à bien surveiller la météo : en cas de mauvais temps, l'excursion est tout simplement annulée. Choisissez bien votre jour en fonction de cela pour ne pas manquer le spectacle !

Stromboli
Stromboli

Stromboli

L'île de Salina :

Salina est une sublime île avec un côté sauvage que nous n'avons pas trouvé sur Lipari. 

Mon coup de coeur sur Salina : la petite ville de Pollara ! Un magnifique coin entouré de verdure, coincé dans un creux d'ancien volcan à demi-effondré.
On peut s'y rendre en bus (même en basse saison !).

Il y a aussi des possibilités de randonnées avec de jolis points de vue mais nous n'avons pas pu en profiter car il faisait très mauvais et on ne voulait pas risquer de se prendre un orage sur le coin de la figure et être au sommet de la montagne.

Pollara

Pollara

Je ne mentionne pas notre passage à Milazzo étant donné qu'il a fait un temps pourri de chez pourri et que, même si nous avons mis le nez dehors, nous n'avons pas osé nous aventurer dans la visite du château pourtant reconnu car on aurait vite été trempés.

Pourtant, je garde un très bon souvenir de Milazzo, on avait pris un hôtel vraiment génial avec une gérante a-do-rable ; je vous recommande donc l'Antico Borgo à deux pas du château si vous allez visiter Milazzo. 

Passage éclair à Palerme :

Palerme m'a un peu déçue. Si elle cache de belles places et ruelles, elle m'a donné une impression de saleté (nous sommes passés dans des rues jonchées de détritus en tout genre).

Nous avons quand même pu voir la cathédrale de Palerme, qui est très belle, surtout son l'extérieur. On est aussi passés devant le Palais des Normands sans avoir le temps de le visiter. En revanche, nous n'avons pas manqué la visite de la superbe Santa Maria dell'Ammiraglio où il y avait un mariage, mais nous avons quand même pu entrer sur le seuil et admirer ses dorures. 
Mais une journée, c'était tout de même court pour se faire une vraie idée de Palerme et peut-être que notre impression moyenne vient aussi du fait que nous n'avons pas réellement pu explorer la ville.

Palerme
Palerme

Palerme

A ne pas manquer :

  • vous l'aurez compris : l'ascension sur le Stromboli !
  • si vous allez sur Salina, le village de Pollara

Autre conseil : 
Soyez un peu large sur votre timing. Nous avons eu un petit contre-temps à Salina (une tempête mémorable) et nous avons craint de ne pas pouvoir rentrer sur la Sicile ferme (il n'y a eu qu'un bateau dans la journée, qui est arrivé en fin d'après-midi et qui a mis un temps infini à traverser). Si nous n'avions pas prévu la journée à Milazzo, on aurait aussi eu très peur de manquer notre avion. Si vous visitez les îles éoliennes lors d'une saison où il peut y avoir de gros orages (quoi que j'aurais pas parié sur octobre, mais bon), prévoyez de revenir sur la Sicile un ou deux jours avant votre retour pour anticiper un éventuel contretemps. Pas de mauvaise surprise au rendez-vous !

Alors, vous avez déjà vos chaussures de marche en main, direction les îles éoliennes ?

Publié dans Pouet autour du monde

Commenter cet article

Mathieu 21/12/2016 14:36

Des environnements magnifiques ! ces îles valent vraiment le détours, merci pour ces images !

Pouet 21/12/2016 18:25

Ah oui, c'était vraiment très beau, surtout l'ascension du Stromboli qui reste un souvenir incroyable !